Connexion :


Statistiques

Qui est en ligne ? :
Utilisateurs inscrits : Aucun utilisateur inscrit

7327 membres
Notre membre le plus récent est Justauser786

Temoignages - malades

Macha I (janvier 2001)

par Admin

Témoignage de Macha

Je suis une femme de 43 ans. D'aussi loin que je me souvienne j'ai toujours eu des problèmes à entrer en relation avec les autres. J'étais une enfant craintive et timide. Je préférais rester seule dans ma chambre plutôt que d'avoir à "subir" les autres. J'aurais voulu avoir des amies/amis mais je redoutais les autres, souvent je ne comprenais pas leurs messages sociaux. Et puis j'étais maladroite...
A l'école, j'étais souvent la cible des moqueries et des "méchancetés" étant donné mon retrait. Je me sentais seule et triste. Pour compenser ma solitude je me plongeais dans les livres.

J'ai fait de longues études universitaires. Tout pour ne pas intégrer le monde du travail dont j'avais si peur. Mon refuge était l'université.

Finalement j'ai trouvé un emploi mais encore là tout le côté "social" était affreusement difficile. J'ai toujours de la difficulté à répondre au téléphone, à assister aux réunions de service, je me suis toujours sentie "à part" et je n'assiste jamais aux activités de bureau. Je ne me mêle pas aux autres. Je dois avouer que oui, je souffre de cette solitude. Je peux passer des jours sans voir personne! Et si on frappe à ma porte, je ne réponds pas. Parfois je laisse le téléphone sonner sans répondre. Je ferme la sonnerie. Je regarde l'afficheur téléphonique. J'évite les situations sociales, les occasions de rencontres et je m'ennuie souvent.

Je me rends compte que j'ai besoin des autres mais en même temps, la compagnie des autres me rend tellement anxieuse... Je ne suis à l'aise que si je sais que je ne rencontrerai personne que je connais. J'aime l'anonymat.

Je me sens souvent "nulle" et incapable. Je manque de confiance en moi. Lorsque j'ai peur, je bafouille, je rougis, je tousse nerveusement, j'ai des douleurs dorsales, je tremble... J'ai alors tendance à paniquer et je cours me réfugier au plus vite dans un endroit solitaire comme les salles de bain si je suis dans un endroit public, ou chez moi. Il m'arrive de ne plus du tout être capable de supporter les gens, le bruit... tout m'agresse...

Je suis en analyse depuis sept ans et je prends des médicaments qui rendent ma souffrance moins présente. La thérapie m'aide à cerner mon problème, à voir pourquoi ma personnalité s'est ainsi construite et à reconstruire l'estime de soi. Par ailleurs, pouvoir m'exprimer par courrier dans le groupe Phobie sociale et partager avec des personnes qui vivent des choses similaires m'apporte énormément.

Lien vers son second témoignage